Forets

Description :

La géométrie complexe du foret heloicade est destiné à assumer chacune des fonctions nécessaires au bon déroulement du perçage. la formation de copeau est assurée par les deux arrêtes tranchantes principales et l'arrête centrale.

 

                                               

 

 

Vocabulaire :

Lèvre - Partie hélicoïdale du corps qui comprend à la fois le listel et le dégagement.

Goujure - Rainure hélicoïdale dans le corps du foret, elle permet l'évacuation des copeaux et l'arrivée liquide de coupe vers l'arête principale.

Listel - Surface cylindrique de guidage de la lèvre.

Âme - Partie centrale du foret située à la base des goujures, de l'extrémité de la partie active jusqu'à la queue. L'extrémité de la partie active au niveau de l'âme forme l'arête centrale.

Epaisseur de l'âme - Dimension minimale de l'âme mesurée à l'extrémité de la partie active du foret.

Bec - Pointe formée par l'intersection de l'arête principale et du bord d'attaque du listel.

Angle d'hélice - Angle entre le bord d'attaque du listel et l'axe du foret.

Angle de dépouille de l'arête principale - Angle formé par la face de dépouille et un plan perpendiculaire à l'axe du foret.

Conicité arrière (dépouille longitudinale)  - Réduction de diamètre des becs vers la queue.Elle s'exprime par le rapport entre la différence de diamètre et la longueur de mesure.

      

 

 

Conseils d'utilisation :

Le perçage est une opération d’usinage qui paraît simple, mais qui pose, cependant, des problèmes très différents selon les cas. Les deux procédés de fabrication des forets :

Les forets laminés HSS - Ces forets, vendus depuis plus de cinquante ans par la société SCHILL, sont fabriqués par la méthode du laminage à chaud. Cette technique, éprouvée depuis de nombreuses années, offre l’avantage de ne pas casser les fibres moléculaires de l’acier, et permet d’obtenir des forets :  souples, résistants, peu onéreuxIls sont particulièrement adaptés aux perceuses manuelles.

Les forets taillés HSS, HSS-CO Ces forets sont usinés par taillage dans la barre d’acier, soit à la meule, soit à la fraise, (gros diamètre). Les goujures et les lèvres du foret sont taillées avec une grande précision et une parfaite symétrie. Cette technique permet d’obtenir des forets :  précis, performants Le sommet du foret est particulièrement tranchant, et donne une très bonne performance de coupe.

 

Les critères de choix :

L’optimisation de la qualité du travail implique le choix d’un foret adapté aux conditions du perçage à réaliser et à la productivité recherchée. Les deux paramètres importants du perçage sont :

- Définir la qualité du foret à utiliser (HSS, HSSCo5,HSS-Co8, HSS-CoTIN, TIALN, …) et sa géométrie (type d’affûtage, et d’hélice)

- La durée de vie optimale d’un foret peut être déterminée par la connaissance de la matière à usiner, pourl’objectif prioritaire de l’entreprise ; en effet,  (la meilleure précision), des impératifs techniques

-  (la rapidité d’exécution), des critères de productivité

-  (le prix de revient du perçage). On peut, par exemple, privilégier la vitesse de coupe au détriment de la durée de vie du foret. des calculs économiques

 

L’utilisation du foret

Dans la pratique, connaissant le diamètre et la longueur du foret retenu, ainsi que le lubrifiant utilisé, on doit définir :

- La vitesse de rotation se déduit de la vitesse de coupe et du diamètre de l’outil. Celle-ci est mesurée à la périphérie de l’outil et est exprimée en mètre/ minute (m/min).

- La vitesse de coupe (Vc)   

- La vitesse de rotation (N)

 

- L’avance par tour est choisie en fonction de la matière à usiner et du diamètre de perçage.

 

Le Copeau

Chaque arête de coupe enlève une épaisseur de matière appelée copeau. Pour le perçage de la plupart des aciers de résistance inférieure à 900 N/mm copeau permet de valider les choix retenus. Les matériaux très durs se fragmentent. Les matériaux mi-durs et durs s’enroulent normalement. Les matériaux mous donnent un copeau très évasé. Le copeau idéal doit être court et remonter facilement dans la goujure.

Le contrôle du copeau est essentiel en perçage. Un mauvais dégagement de celui-ci entraîne une détérioration rapide de l’outil. Pour obtenir le copeau idéal, le foret doit avoir un angle d’hélice et de pointe adaptés au matériau à percer. Le comportement de l’outil de coupe est un précieux indicateur d’un bon perçage (bruit, vibration, flexion, …). Pour une meilleure productivité, on retiendra l’avance la plus élevée assurant un bon dégagement du copeau.

 

 

Défauts d'utilisation

Casse ou effondrement des becs :

- un avant-trou trop grand,

- une vitesse de coupe trop élevée,

- parties dures dans la matière,

- manque de refroidissement sur la pointe,

- goujures trop obstruées de copeaux.

 

Effritement des arêtes :

- trop d’avance,

- dépouille de lèvres trop forte.

 

Fendillement des arêtes :

Echauffement ou refroidissement trop rapide.

 

Usure prématurée :

- refroidissement insuffisant,

- vitesse et avance non respectées.

 

Casse du foret :

- pointe mal affûtée,

- avance trop élevée,

- flexion ou déviation de la perceuse,

- déplacement de la pièce à percer,

- foret émoussé,

- goujure obstruée de copeaux.

 

Casse nette à la sortie des goujures :

- Pièce mal fixée (en particulier, si cela se produit au moment du débouchage).

 

Modification de la forme des copeaux :

- le foret s’émousse,

- les arêtes s’effritent.

 

Sortie de grands copeaux d’une goujure :

- pointe mal affûtée,

- une seule lèvre coupe.

 

Fusion de l’extrémité du foret :

- vitesse et avance excessives.

 

Torsion ou bris du tenon :

- Mauvais contact entre la queue conique et la douille (crasse, copeaux, bavure ou douille usée).

 

Bourrage de copeaux :

- Perçage d'un trou au delà de la longueur utile du foret.

- Fréquence de débourrage insuffisante.

 

Casse du foret dans le laiton ou le bois :

- Goujure obstruée par des copeaux,

- Type de foret mal choisi.

 

Fente du foret par le centre :

- Dépouille de lèvre insuffisante,

- Trop d’avance,

- Pour placer la queue du foret dans la douille, un marteau ou un objet dur a été utilisé

- Lorsqu’il a été chassé de la douille. le foret est tombé sur une surface dure

 

Pas de pénétration du foret :

- Pointe émoussée,

- Dépouille de lèvre insuffisante,

- Ame trop épaisse.

 

Trou mal fini :

- Pointe mal affûtée ou émoussée,

- Manque de fluide de coupe à la pointe,

- Fluide de coupe mal choisi,

-  Montage pas assez rigide.

 

Trou trop grand :

- Angles inégaux des arêtes,

- Longueur des arêtes inégales,

- Trop de jeu à la broche.